domingo, 20 de abril de 2014

PÂQUES: LE PAPE FEANÇOIS FAIT PLACE COMBLE À ROME


JOYEUSES PÂQUES - Pour son deuxième dimanche de Pâques depuis son élection, le pape François a réuni 150.000 fidèles à Rome. Après la traditionnelle messe, il a prononcé un message "urbi et orbi" très axé sur le conflit en Ukraine.
Pâques, pour le pape François, c'est du gâteau. Très populaire, il n'a déjà pas de mal à réunir, chaque semaine, de nombreux fidèles pour la messe dominicale. Alors pour le dimanche spécial de Pâques, et alors que le soleil était au rendez-vous à Rome, la place Saint-Pierre de Rome était noire de monde : plus de 150.000 fidèles et curieux s'y étaient réunis.
Après un bain de foule en "papamobile", le souverain pontife a célébré la messe sur le parvis de la basilique, devant d'immenses parterres de fleurs amenées tout exprès de Hollande. Particularité cette année : la fête catholique et celle de la Pâque orthodoxe tombaient le même jour. Tout un symbole, alors que la crise ukrainienne a ravivé les tensions entre différentes Eglises orthodoxes et catholiques orientaux rattachés à Rome. Pour l'occasion, le cantique des Stichères, un chant ancien de la liturgie byzantine, a été entonné en grec devant le pape.
"Inspirer des initiatives de pacification en Ukraine"
Puis dans son traditionnel message pascal "urbi et orbi" - à la ville de Rome et au monde - prononcé depuis le balcon de la basilique, le pape François a appelé à la pacification par le dialogue en Ukraine. "Nous te prions, Seigneur, d'éclairer et d'inspirer des initiatives de pacification en Ukraine, pour que les parties intéressées, soutenues par la communauté internationale, entreprennent tout effort pour empêcher la violence et bâtir, dans un esprit d'unité et de dialogue, l'avenir du pays". Un message de paix ensuite élargi à la Syrie, à l'Irak ou encore au conflit israélo-palestinien.
En Afrique, le pape a également lancé des appels pour des arrêts aux affrontements sanglants en République Centrafricaine, au Soudan du Sud et aux "atroces attentats terroristes dans certaines zones du Nigeria". "Fais que nous puissions soigner les frères touchés par l'épidemie d'Ebola en Guinée Conakry, en Sierra Léone et au Liberia, et ceux affectés par tant d'autres maladies, qui se diffusent aussi à cause de l'incurie et de la pauvreté extrême", a-t-il aussi déclaré, dans une allusion assez rare aux négligences dans les soins dans les pays les plus pauvres.
"Les immenses gaspillages"
Enfin, comme à d'autres occasions, le Saint-Père a une nouvelle fois fustigé "les immenses gaspillages dont nous sommes souvent complices" qui contribuent à la faim, les personnes "sans défense, surtout les enfants, les femmes et les personnes âgées, parfois transformés en objets d'exploitation et d'abandon".

Après Pâques , Rome continuera à accueillir les centaines de milliers de fidèles attendus dimanche 27 avril pour la canonisation de Jean XXIII et Jean Paul II. Un événement exceptionnel puisque non seulement deux papes seront faits saints, mais, pour la première fois dans l'histoire de l'Eglise catholique, deux papes devraient y assister : François et son prédécesseur, Benoît XVI, retiré au Vatican depuis sa démission historique il y a un peu plus d'un an.